Abilio Diniz va siéger au conseil de Carrefour, Articles

Abilio Diniz va siéger au conseil de Carrefour, Articles

Abilio Diniz a de l'influence au Brésil

Abilio Diniz (Visitez le profil Lesechos) est devenu l’une des célébrités les plus puissantes du sous-continent Brésilien. Parmi les cent personnes possédant le plus d'influence dans le pays, on compte l'entrepreneur, d’après le magazine brésilien "Epoca". Le chef d'entreprise s'est avéré être un ami de l’ancien président du Brésil, Luiz Inácio Lula da Silva. D'après "Forbes", le patrimoine d’Abilio Diniz est évalué à près de 4 milliards de dollars, ce qui en fait le 10e homme le plus fortuné du sous-continent brésilien.

Dans les années 50, Abilio Diniz sort diplômé de l’école de management de la Fondation Getùlio Vargas dans sa ville natale. La capitale économique du Brésil l'a vu naître en décembre 1936. C'est au moment de la crise économique de 1929 que la famille d’Abilio Diniz émigre du Portugal au Brésil.

Abilio Diniz peut de nouveau faire des affaires dans tous les secteurs économiques grâce à un accord signé à l'automne 2013 avec le groupe Casino, lequel met fin à la clause de non-concurrence. GPA atteint son équilibre comptable juste après la crise économique et commence les discussions de partenariat avec le groupe Casino. Il doit faire face à la concurrence du groupe Carrefour sur ses terres brésiliennes. Le recul de la Banque Brésilienne de Développement et le barrage de Jean-Charles Naouri font échouer l'union de Grupo Pão de Açúcar avec Carrefour Brésil. Casino a le contrôle Grupo Pão de Açúcar dès 2012. Le divorce est effectif et Abilio Diniz abandonnera le conseil d'administration quelques semaines plus tard.

Des difficultés qui forgent le caractère du chef d'entreprise

En 1999, un rapprochement financier et commercial intervient entre Casino et le groupe Pão de Açúcar. Au cours des années 90, en pleine crise, le groupe Pão de Açúcar dirigé par Abilio Diniz rencontre d'importantes difficultés financières. le chef d'entreprise est kidnappé durant de la présidentielle de 1989. Délivré au bout de sept jours, il va rester traumatisé par cette expérience. Abilio Diniz déploie un plan de sauvegarde draconien permettant de sauver le groupe Pão de Açúcar, qui congédie vingt mille salariés, ferme 1/3 des grandes surfaces et cède les activités qu'il possède dans la péninsule lusitanienne.

En augmentant ses parts dans le capital de Carrefour France à 5,07% des actions, la société d'Abilio Diniz devient le 4e actionnaire du groupe. Au printemps 2013, il prend la tête du conseil d’administration du géant de l’agroalimentaire BRF (Brasil Foods). Fin 2014, Peninsula, une société d'investissement fondée par la famille Diniz, annonce l'acquisition de 10 pour cent du capital de la branche brésilienne de Carrefour. Appuyé par un associé de premier plan, Abilio Diniz retrouve le milieu de la distribution au Brésil à presque 80 ans.